CeRePP recrute des participants
pour son étude PROGENE...
en savoir plus
  

CeRePP communique les derniers
résultats de ses recherches
cliquer ici
  
 
English presentation
 
 

 

  

 

 

 

 

Diversité Clinique des Cancers de la Prostate

 

Le cancer de la prostate a été subdivisé en différentes entités (cancer clinique, agressif, latent, infra-clinique, incidental, indolent, ou insignifiant) qui viennent s’ajouter aux classifications anatomo-cliniques utilisées pour établir les stades de cette maladie.

 

 

Depuis de nombreuses années, différents arguments ont suggéré qu’il existerait, pour le cancer de la prostate, des lésions avérées histologiquement qui sont associées au vieillissement mais qui n’auraient pas de signification clinique. On parle de “cancers insignifiants” (cancers habituellement définis par leur volume < 0,5 ml et leur faible score de Gleason < 6).

Ces cancers considérés, comme non évolutifs, auraient une fréquence (prévalence) non négligeable. Cette prévalence ne serait pas associée, à la différence du cancer «clinique», à des variations mésologiques (socio-économiques, nutritionnels, psychologiques...) ou ethno-géographiques. Ainsi, l’incidence du cancer de la prostate microscopique découvert sur des pièces d’autopsies (chez les sujets âgés) est stable dans les différents groupes ethno-géographiques.

 

 

Variation mondiale de l’incidence du cancer de la prostate «clinique».
NA : Noirs-Américains, BA : Blancs-Américains, AA : Américains d’origine Asiatique.

Au contraire, l’accroissement de l’incidence du cancer «clinique», ces 10 dernières années, n’est pas uniformément répartie selon les pays et les groupes ethniques. Elle est, en effet, plus forte pour les Noirs-Américains et plus faible pour les Blancs-Américains.